Chantal Delsol

Photo de Chantal  Delsol
© Chantal Delsol

biographie

Née en 1947 à Paris

Vit à Paris et dans l'Ain

courriel : chantaldelsol@yahoo.fr

roman, essai

Après une thèse de lettres en philosophie politique sur l'Antiquité, devient maître de conférences à l'université Paris XII, puis professeur à l'université de Marne-la-Vallée, où elle dirige un département d'études européennes spécialisé dans les relations est-ouest (enseignement et recherche).

À publié une dizaine d'ouvrages traduits en sept langues, en philosophie politique et histoire des idées politiques.

À publié deux romans.

Mère de six enfants. C.D.

bibliographie

  • Manuel d'instruction civique et morale, illustrations d'Emmanuelle Tchoukriel, La librairie des écoles, 2011.
  • La Détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire, Plon, 2011.
  • L'Age du renoncement, Cerf, 2011.
  • La Paresse et la révolte, Librairie Plon, 2010.
  • Qu'est-ce que l'homme ? : cours familier d'anthropologie, Cerf, La Nuit surveillée, 2008.
  • L'Expédition Janus, Le Rocher, 2008.
  • Matin rouge, Presses de la Renaissance, 2005.
  • Justice internationale, l'imposture, Les Éditions de la Table ronde, 2004.
  • La République : question française, PUF, 2002.
  • Éloge de la singularité : essai sur la modernité tardive, Les Éditions de la Table ronde, 2001. Réédition en 2007.
  • La Haute Figure du sujet : essai sur le jeune collectivisme, Éditions de l'Aube, 2000.
  • Quatre, Le Mercure de France, 1998. Réédition chez Gallimard, Folio, en 2000.
  • Histoire des idées politiques de l'Europe centrale, PUF, 1998.
  • L'Enfant nocturne, Le Mercure de France, 1995.
  • La Grande Europe ?, Vrin, 1994.
  • L'Autorité, PUF, Que sais-je ?, 1994.
  • Démocraties : l'identité incertaine, Musnier-Gilbert, 1994.
  • Le Souci contemporain, Complexe, 1993.
  • L'Irrévérence, Mame, 1993. Réédition aux éditions de la Table ronde en 2002.
  • Le Principe de subsidiarité, PUF, Que sais-je ?, 1992.
  • L'État subsidiaire, PUF, 1992.
  • Les Idées politiques au XX° siècle, PUF, 1991.
  • La Politique dénaturée, PUF, 1987.
  • Le Pouvoir occidental, PUF, 1986.

extraits

Il s'avance dans la ville opaque où déferle un orage d'été. La nuit chaude, la tempête et ce battement d'eau qui cingle ses jambes. Des torrents noirs plongeant sous les ponts. Les monuments pétrifiés à la gloire des héros sans mémoire. Et des horloges sans aiguilles, marquant l'éternité.
Il marche. Rien ne l'attend, ou peut-être une aurore dans un pays neuf dont l'idée même s'est perdue. Le long des avenues, il ralentit ses pas pour fouiller les poubelles laissées à la merci d'un matin improbable. Il extirpe des papiers et des bouteilles et des chaussures de carnaval. Il cherche son héritage au milieu d'un amas de vieux songes ressassés, jetés pour avoir inutilement trop servi. L'orphelin dans la nuit verte cherche son nom et avec lui son âme de marin, de passeur, de semeur de blé et d'étoiles. Il remue des fanges innommables et des repas rendus. Puis repart sans se hâter. Nul bruit sinon ce battement d'eau dans le creux de sa tempe. Il interroge le désert à voix muette. L'explosion du tonnerre derrière un dôme ne lui rendra pas son héritage, ni le cri du nouveau-né à la fenêtre close. Si son nom perdu se trouvait là au dédale des croisements. Il lève les yeux pour scruter le fronton des temples, où des lettres effacées peut-être l'appellent et le désignent. Des ruisseaux de pluie coulent sur son front lisse.

Il arpente le vieux monde aux corniches éraflées et aux vitres dépolies, univers englouti que rien ne remplace. Il explore le connu et le répertorié, où des millions de pas ont déjà frappé le sol. Les avions dans lesquels on l'enferme ressemblent à ces autocars exténués qu'empruntent les paysans dans les pays sans confort. Un haut-parleur le jette sur un aéroport poussiéreux semblable à tous les autres. Un taxi l'emmène qui sent la vanille sous toutes les latitudes. Les forêts et les glaciers dessinés à la loupe sur les cartes, sont vendus cent francs dans les grandes surfaces. Il hérite d'un monde où l'on n'a pas besoin des services d'un aventurier. Chaque chose est mesurée en millimètres depuis les profondeurs des océans jusqu'à l'infini du ciel d'été. Pas une rivière dont on n'ait ramassé les pépites.
Il connaît tous les océans et longe pieds nus des plages à l'extrême bord du monde. Aucun oiseau rare ne l'étonne, ni aucun peuple que ses ancêtres ont cru doté de mystères. Il assoit sa lassitude aux tavernes sauvages, il boit des alcools interlopes et abandonne dans ses poches des monnaies dont il oublie le nom. Les ports le fascinent, embués par la tempête des départs, embarqués déjà au grand large, et dont les clochers sont des mâtures. Et aussi les lieux clos de la terre, villages de montagne tapis sous le drapeau des parois, où les hommes chantent le soir à voix rauque des mélopées d'immortalité. Il connaît les trains poussifs où s'entassent des hameaux entiers, humains et volailles mêlés, ces trains lui ressemblent, traversant les espaces et l'espoir immobile.
Il se tient là devant l'univers défloré sur lequel il penche un regard pur, privé de tentation et d'impatience.

Extrait d'"Orphelin", inédit © Chantal Delsol

médiation

  • table ronde et débat
  • rencontre avec une classe

presse

livre & lire

Chantal Delsol

Photo de Chantal  Delsol
© Chantal Delsol

biographie

Née en 1947 à Paris

Vit à Paris et dans l'Ain

courriel : chantaldelsol@yahoo.fr

roman, essai

Après une thèse de lettres en philosophie politique sur l'Antiquité, devient maître de conférences à l'université Paris XII, puis professeur à l'université de Marne-la-Vallée, où elle dirige un département d'études européennes spécialisé dans les relations est-ouest (enseignement et recherche).

À publié une dizaine d'ouvrages traduits en sept langues, en philosophie politique et histoire des idées politiques.

À publié deux romans.

Mère de six enfants. C.D.

bibliographie

  • Manuel d'instruction civique et morale, illustrations d'Emmanuelle Tchoukriel, La librairie des écoles, 2011.
  • La Détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire, Plon, 2011.
  • L'Age du renoncement, Cerf, 2011.
  • La Paresse et la révolte, Librairie Plon, 2010.
  • Qu'est-ce que l'homme ? : cours familier d'anthropologie, Cerf, La Nuit surveillée, 2008.
  • L'Expédition Janus, Le Rocher, 2008.
  • Matin rouge, Presses de la Renaissance, 2005.
  • Justice internationale, l'imposture, Les Éditions de la Table ronde, 2004.
  • La République : question française, PUF, 2002.
  • Éloge de la singularité : essai sur la modernité tardive, Les Éditions de la Table ronde, 2001. Réédition en 2007.
  • La Haute Figure du sujet : essai sur le jeune collectivisme, Éditions de l'Aube, 2000.
  • Quatre, Le Mercure de France, 1998. Réédition chez Gallimard, Folio, en 2000.
  • Histoire des idées politiques de l'Europe centrale, PUF, 1998.
  • L'Enfant nocturne, Le Mercure de France, 1995.
  • La Grande Europe ?, Vrin, 1994.
  • L'Autorité, PUF, Que sais-je ?, 1994.
  • Démocraties : l'identité incertaine, Musnier-Gilbert, 1994.
  • Le Souci contemporain, Complexe, 1993.
  • L'Irrévérence, Mame, 1993. Réédition aux éditions de la Table ronde en 2002.
  • Le Principe de subsidiarité, PUF, Que sais-je ?, 1992.
  • L'État subsidiaire, PUF, 1992.
  • Les Idées politiques au XX° siècle, PUF, 1991.
  • La Politique dénaturée, PUF, 1987.
  • Le Pouvoir occidental, PUF, 1986.

extraits

Il s'avance dans la ville opaque où déferle un orage d'été. La nuit chaude, la tempête et ce battement d'eau qui cingle ses jambes. Des torrents noirs plongeant sous les ponts. Les monuments pétrifiés à la gloire des héros sans mémoire. Et des horloges sans aiguilles, marquant l'éternité.
Il marche. Rien ne l'attend, ou peut-être une aurore dans un pays neuf dont l'idée même s'est perdue. Le long des avenues, il ralentit ses pas pour fouiller les poubelles laissées à la merci d'un matin improbable. Il extirpe des papiers et des bouteilles et des chaussures de carnaval. Il cherche son héritage au milieu d'un amas de vieux songes ressassés, jetés pour avoir inutilement trop servi. L'orphelin dans la nuit verte cherche son nom et avec lui son âme de marin, de passeur, de semeur de blé et d'étoiles. Il remue des fanges innommables et des repas rendus. Puis repart sans se hâter. Nul bruit sinon ce battement d'eau dans le creux de sa tempe. Il interroge le désert à voix muette. L'explosion du tonnerre derrière un dôme ne lui rendra pas son héritage, ni le cri du nouveau-né à la fenêtre close. Si son nom perdu se trouvait là au dédale des croisements. Il lève les yeux pour scruter le fronton des temples, où des lettres effacées peut-être l'appellent et le désignent. Des ruisseaux de pluie coulent sur son front lisse.

Il arpente le vieux monde aux corniches éraflées et aux vitres dépolies, univers englouti que rien ne remplace. Il explore le connu et le répertorié, où des millions de pas ont déjà frappé le sol. Les avions dans lesquels on l'enferme ressemblent à ces autocars exténués qu'empruntent les paysans dans les pays sans confort. Un haut-parleur le jette sur un aéroport poussiéreux semblable à tous les autres. Un taxi l'emmène qui sent la vanille sous toutes les latitudes. Les forêts et les glaciers dessinés à la loupe sur les cartes, sont vendus cent francs dans les grandes surfaces. Il hérite d'un monde où l'on n'a pas besoin des services d'un aventurier. Chaque chose est mesurée en millimètres depuis les profondeurs des océans jusqu'à l'infini du ciel d'été. Pas une rivière dont on n'ait ramassé les pépites.
Il connaît tous les océans et longe pieds nus des plages à l'extrême bord du monde. Aucun oiseau rare ne l'étonne, ni aucun peuple que ses ancêtres ont cru doté de mystères. Il assoit sa lassitude aux tavernes sauvages, il boit des alcools interlopes et abandonne dans ses poches des monnaies dont il oublie le nom. Les ports le fascinent, embués par la tempête des départs, embarqués déjà au grand large, et dont les clochers sont des mâtures. Et aussi les lieux clos de la terre, villages de montagne tapis sous le drapeau des parois, où les hommes chantent le soir à voix rauque des mélopées d'immortalité. Il connaît les trains poussifs où s'entassent des hameaux entiers, humains et volailles mêlés, ces trains lui ressemblent, traversant les espaces et l'espoir immobile.
Il se tient là devant l'univers défloré sur lequel il penche un regard pur, privé de tentation et d'impatience.

Extrait d'"Orphelin", inédit © Chantal Delsol

médiation

  • table ronde et débat
  • rencontre avec une classe

presse

livre & lire

sur le fil

Attention

Ce site internet n’est aujourd’hui plus actualisé car il fera peau neuve en juin 2017. L’équipe de l’Arald vous proposera bientôt une nouvelle forme de navigation dans le site centrée autour de la médiation, des présentations détaillées des auteurs et de leurs publications, des informations pratiques mais aussi les actualités de la vie littéraire dans la région.

 

Merci de votre patience, et à très […] Lire la suite

Calendrier d'événements

mai 2017
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031EC

événements à venir

  • Pas d'événement.