Christiane Dupuy

Photo de Christiane  Dupuy
© Christiane Dupuy

biographie

Née en 1949 à Marseille, Bouches-du-Rhône

roman, nouvelle

Études de lettres à Aix-en-Provence (1968-1972). Stages de journalisme au Provençal. Professeur de littérature au lycée français de Tananarive (1982-1991). Depuis quelques années, je me consacre à l'écriture et à l'animation d'ateliers auprès de publics défavorisés.

Nouvelles publiées dans "La Nouvelle Revue française" de mars 1989 et dans "Autrement" de novembre 1992.

Ateliers d'écriture :

1996-1997 : interventions dans une classe de 3e du lycée Pasteur de Bron.

Rédaction collective d'un feuilleton dans le cadre de la lutte contre l'exclusion pour l'association Lire à Bron ; le feuilleton a été publié par "Le Progrès" puis a servi de scénario à un film.

1998 : rédaction collective de deux autres feuilletons pour Lire à Bron, également publiés dans "Le Progrès" ; travail sur la mémoire et l'identité auprès de personnes âgées et de femmes maghrébines et turques pour le C.C.P.D. (prévention de la délinquance) de Brignais. Interventions aux Restaurants du Cœur pour le Centre culturel œcuménique de Villeurbanne afin de mettre en évidence les différentes solutions pour sortir de l'exclusion longue durée.

Attribution d'une bourse de création du Centre national du livre (1998).

Mission au Québec pour la Direction régionale des affaires culturelles, dont l'objet est la mise en place d'un partenariat franco-québécois : ateliers d'écriture, échanges de savoir-faire, rédaction collective d'un roman. C.D.

bibliographie

  • L'Employée de maison, Le Cherche Midi éditeur, 2002.
  • Coulisse des degrés, La Bartavelle, 2000.
  • Chiennes d'éternité, Les Empêcheurs de penser en rond, 1998.
  • Le Petit-fils de Lafcadio, Le Cherche Midi éditeur, 1997.
  • La Chambre aux chats, François Bourin, 1993.
  • Miserere Seigneur, François Bourin, 1990.
  • La Petite Fille qui tuait les mouches, François Bourin, 1989.

extraits

Elle dit que je suis folle. Elle dit que je fais du mal aux oiseaux, du mal aux mouches et du mal aux petites filles des jardins publics.
Je voudrais bien mourir, m'asseoir là, devant elle, au milieu de la cuisine, les jambes repliées et le regard vide pour attendre la fin. L'orage terrible avec des inondations qui emporteraient les tapis et des éclairs qui transperceraient les toits.
C'est vrai que je torture les mouches. J'arrache les ailes, je brise les pattes et je mange ce qui reste des corps. Mais je ne touche pas aux oiseaux.

Extrait de "La Petite Fille qui tuait les mouches" © François Bourin, 1989

__________


Je dormais lorsqu'on a frappé à ma porte... J'ai regardé le réveil : cinq heures du matin. Je n'ai pas bougé. J'ai toujours été matinale mais il ne faut pas me brusquer. À l'aube, j'ai mes humeurs. Ils ont ouvert la porte avec un passe-partout. J'ai cru avoir affaire à des cambrioleurs. J'ai même songé à un groupe de violeurs. Mais à mon âge, était-ce possible ? Ils sont entrés dans la chambre sans frapper et en les voyant, j'ai tout de suite compris […]. Ils m'ont demandé de décliner mon identité. Nom, prénom, date de naissance. Sans doute pour vérifier qu'il n'y avait pas d'erreur sur la personne. Ils ont noté tout ça dans leur carnet. Puis ils m'ont ordonné de me lever. Je me suis insurgée :
- Pourquoi si tôt ?
Ils ont répondu :
- C'est l'heure des chiennes.

Extrait de "Chiennes d'éternité" © Les Empêcheurs de penser en rond, 1998

médiation

  • lecture
  • table ronde et débat
  • atelier d'écriture
  • rencontre avec une classe

Christiane Dupuy

Photo de Christiane  Dupuy
© Christiane Dupuy

biographie

Née en 1949 à Marseille, Bouches-du-Rhône

roman, nouvelle

Études de lettres à Aix-en-Provence (1968-1972). Stages de journalisme au Provençal. Professeur de littérature au lycée français de Tananarive (1982-1991). Depuis quelques années, je me consacre à l'écriture et à l'animation d'ateliers auprès de publics défavorisés.

Nouvelles publiées dans "La Nouvelle Revue française" de mars 1989 et dans "Autrement" de novembre 1992.

Ateliers d'écriture :

1996-1997 : interventions dans une classe de 3e du lycée Pasteur de Bron.

Rédaction collective d'un feuilleton dans le cadre de la lutte contre l'exclusion pour l'association Lire à Bron ; le feuilleton a été publié par "Le Progrès" puis a servi de scénario à un film.

1998 : rédaction collective de deux autres feuilletons pour Lire à Bron, également publiés dans "Le Progrès" ; travail sur la mémoire et l'identité auprès de personnes âgées et de femmes maghrébines et turques pour le C.C.P.D. (prévention de la délinquance) de Brignais. Interventions aux Restaurants du Cœur pour le Centre culturel œcuménique de Villeurbanne afin de mettre en évidence les différentes solutions pour sortir de l'exclusion longue durée.

Attribution d'une bourse de création du Centre national du livre (1998).

Mission au Québec pour la Direction régionale des affaires culturelles, dont l'objet est la mise en place d'un partenariat franco-québécois : ateliers d'écriture, échanges de savoir-faire, rédaction collective d'un roman. C.D.

bibliographie

  • L'Employée de maison, Le Cherche Midi éditeur, 2002.
  • Coulisse des degrés, La Bartavelle, 2000.
  • Chiennes d'éternité, Les Empêcheurs de penser en rond, 1998.
  • Le Petit-fils de Lafcadio, Le Cherche Midi éditeur, 1997.
  • La Chambre aux chats, François Bourin, 1993.
  • Miserere Seigneur, François Bourin, 1990.
  • La Petite Fille qui tuait les mouches, François Bourin, 1989.

extraits

Elle dit que je suis folle. Elle dit que je fais du mal aux oiseaux, du mal aux mouches et du mal aux petites filles des jardins publics.
Je voudrais bien mourir, m'asseoir là, devant elle, au milieu de la cuisine, les jambes repliées et le regard vide pour attendre la fin. L'orage terrible avec des inondations qui emporteraient les tapis et des éclairs qui transperceraient les toits.
C'est vrai que je torture les mouches. J'arrache les ailes, je brise les pattes et je mange ce qui reste des corps. Mais je ne touche pas aux oiseaux.

Extrait de "La Petite Fille qui tuait les mouches" © François Bourin, 1989

__________


Je dormais lorsqu'on a frappé à ma porte... J'ai regardé le réveil : cinq heures du matin. Je n'ai pas bougé. J'ai toujours été matinale mais il ne faut pas me brusquer. À l'aube, j'ai mes humeurs. Ils ont ouvert la porte avec un passe-partout. J'ai cru avoir affaire à des cambrioleurs. J'ai même songé à un groupe de violeurs. Mais à mon âge, était-ce possible ? Ils sont entrés dans la chambre sans frapper et en les voyant, j'ai tout de suite compris […]. Ils m'ont demandé de décliner mon identité. Nom, prénom, date de naissance. Sans doute pour vérifier qu'il n'y avait pas d'erreur sur la personne. Ils ont noté tout ça dans leur carnet. Puis ils m'ont ordonné de me lever. Je me suis insurgée :
- Pourquoi si tôt ?
Ils ont répondu :
- C'est l'heure des chiennes.

Extrait de "Chiennes d'éternité" © Les Empêcheurs de penser en rond, 1998

médiation

  • lecture
  • table ronde et débat
  • atelier d'écriture
  • rencontre avec une classe
sur le fil

Attention

Ce site internet n’est aujourd’hui plus actualisé car il fera peau neuve en juin 2017. L’équipe de l’Arald vous proposera bientôt une nouvelle forme de navigation dans le site centrée autour de la médiation, des présentations détaillées des auteurs et de leurs publications, des informations pratiques mais aussi les actualités de la vie littéraire dans la région.

 

Merci de votre patience, et à très […] Lire la suite

Calendrier d'événements

mai 2017
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031EC

événements à venir

  • Pas d'événement.