Hubert Mingarelli

Photo de Hubert  Mingarelli
© Sylvie Huber

biographie

Né en 1956 à Mont-Saint-Martin, Meurthe-et-Moselle

Vit en Isère

courriel : hubert.mingarelli@orange.fr

adultes : roman

jeunesse : auteur de textes

Je suis né en Lorraine. Jusqu'à dix-sept ans j'ai vécu dans la région de Longwy. J'ai été au lycée jusqu'en seconde puis je me suis engagé dans la marine militaire pendant trois ans. J'ai été affecté dans le Pacifique et en Méditerranée. J'ai quitté l'armée, j'ai voyagé en Europe en jouant de la musique dans les rues pour gagner ma vie. Ensuite je me suis installé dans la région de Grenoble. J'ai fait toutes sortes de métiers : pompiste, coursier, peintre en bâtiment, éclairagiste, dessinateur, ouvrier d'usine, manœuvre…

J'ai commencé à écrire il y a une douzaine d'années. Je me suis marié, j'ai deux enfants. Depuis trois ans je me consacre entièrement à l'écriture grâce entre autres aux bourses du CNL. Pour le moment, j'écris des romans en littérature générale. Et n'envisage plus de publier dans des collections jeunesse. H.M.

bibliographie

adulte

  • Une tempête, Le Sonneur, 2015.
  • Une histoire de tempête, éditions du Sonneur, 2015.
  • La Route de Beit Zera, Stock, 2015.
  • L'Incendie, Antoine Choplin, La Fosse aux ours, 2015.
  • L'Homme qui avait soif, Stock, 2014.
  • Un repas en hiver, Stock, 2012.
  • La Source, Cadex, 2012.
  • La Vague, illustrations de Barthélémy Toguo, Éditions du chemin de fer, 2011.
  • La Lettre de Buenos Aires, Buchet-Chastel, 2011.
  • L'Année du soulèvement, Le Seuil, Cadre rouge, 2010.
  • La Promesse, Le Seuil, Cadre rouge, 2009.
  • Marcher sur la rivière, Le Seuil, 2007.
  • Océan pacifique, Le Seuil, 2006.
  • Le Voyage d'Eladio, Le Seuil, 2005.
  • Hommes sans mère, Le Seuil, 2004.
  • Quatre Soldats, Le Seuil, 2002.
  • La Beauté des loutres, Le Seuil, 2002.
  • La Dernière Neige, Le Seuil, 2000. Réédition au Points en 2002.
  • Une rivière verte et silencieuse, Le Seuil, 1999. Réédition en Points en 2001.
  • L'Arbre, Le Seuil, 1996.

jeunesse

  • Vie de sable, Le Seuil, 1998.
  • Le Secret du funambule, Éditions Milan, Zanzibar, 1995.
  • Le Jour de la cavalerie, Le Seuil Jeunesse, 1995.
  • La Lumière volée, Gallimard, 1993. Réédition chez Gallimard Jeunesse en 2002.
  • Le Bruit du vent, Gallimard, 1991. Réédition chez le même éditeur, Page blanche, en 1998 et en Folio Junior en 2003.

extraits

adulte

J'allai chercher de l'eau dans une bouteille. Mon père arrosa le pot goutte à goutte, posa la bouteille devant lui et contempla le rosier.
- Cette nuit j'ai pensé qu'on pourrait les vendre à la sortie de l'usine, dit-il sans quitter le rosier des yeux.
- Oui, dis-je, m'asseyant en face de lui.
- Tu viendrais avec moi ?
- Bien sûr.
Il tassa délicatement la terre autour de la tige.
Il émanait du rosier quelque chose qui nous calmait et nous rendait silencieux. Si les électriciens avaient choisi ce jour-là pour nous couper l'électricité, nul doute que les choses se seraient passées différemment. On ne se serait guère occupés d'eux. Ils seraient venus, auraient démonté le compteur, et seraient repartis dans un grand silence.

Extrait de "Une rivière verte et silencieuse" © Le Seuil, 1999

jeunesse

Il regarda au-delà de l'écurie et dit d'une voix calme :
- Ce que je viens de te dire rapport aux oies, c'est le début de mes réflexions, et je vois plus loin que ça, mais c'est pas a peine que je te fasse envie tant que j'aurai pas ton avis rapport au vieux lui-même.
Au-delà de l'écurie on voyait les champs, et, plus loin vers l'est, la terre remontait, couverte de lande d'abord, puis d'arbres au sommet : des feuillus et des pins ; et on appelait ça les monts. C'est vers les monts que Sam portait son regard.
Au bout d'un moment il se retourna et dit à la vieille l'exact cheminement de sa pensée :
- Je vais revenir m'asseoir en face de toi, et tu me répondras si t'es d'accord pour que j'agisse comme un gars malin. Si t'es d'accord, alors je te dirai la totalité de mes réflexions. Sinon je me mettrai à faire les pois cassés et on n'en parlera plus.
Il retourna près du fauteuil, prit une chaise et s'assit devant la vieille. Elle avait fait un creux avec sa main pour le poussin ; c'est l'autre que Sam guettait.
Il attendit puis chercha les yeux de la vieille.
- Alors ?
Il regarda à nouveau la main ; elle était muette ; il s'agita sur sa chaise.
- Bon sang ! fit-il la voix nouée, pense une minute aux oies, ça fera pas de difficultés, n'importe quel gars un peu habile…
Il mit deux doigts sur son cou et baissa la tête brusquement.
- C'est pas plus compliqué.
Il surveilla la main.
- Alors ?
Elle eut une brève secousse.
- Hein, quoi ? s'écria Sam. Refais-le que je sois sûr ! Refais-le une seconde fois !
La main obéit et Sam se frotta le visage nerveusement. Il jeta un regard circulaire à la pièce, revint sur la main et secoua la tête.
- Je vais faire de la poule avec les pois cassés, dit-il.
Il posa un doigt sur la couverture.
- Je vais le faire maintenant.
Il accentua la pression du doigt.
- Je vais aller aiguiser ma lame, ça va pas traîner. La totalité de mes réflexions, tu l'auras après que j'ai fini avec la poule.
Il se leva et gagna la porte.
La maison, outre le poulailler, possédait un hangar perpendiculaire à la façade. Il y avait là plusieurs rangées de bois de chauffage, le caisson d'une batteuse et, entre deux rangées, une meule mécanique.

Extrait de "Le Jour de la cavalerie" © Le Seuil Jeunesse, 1995

médiation

adultes

  • rencontre avec une classe

jeunesse

Public visé par les animations

  • lycéens

presse

livre & lire

Hubert Mingarelli

Photo de Hubert  Mingarelli
© Sylvie Huber

biographie

Né en 1956 à Mont-Saint-Martin, Meurthe-et-Moselle

Vit en Isère

courriel : hubert.mingarelli@orange.fr

adultes : roman

jeunesse : auteur de textes

Je suis né en Lorraine. Jusqu'à dix-sept ans j'ai vécu dans la région de Longwy. J'ai été au lycée jusqu'en seconde puis je me suis engagé dans la marine militaire pendant trois ans. J'ai été affecté dans le Pacifique et en Méditerranée. J'ai quitté l'armée, j'ai voyagé en Europe en jouant de la musique dans les rues pour gagner ma vie. Ensuite je me suis installé dans la région de Grenoble. J'ai fait toutes sortes de métiers : pompiste, coursier, peintre en bâtiment, éclairagiste, dessinateur, ouvrier d'usine, manœuvre…

J'ai commencé à écrire il y a une douzaine d'années. Je me suis marié, j'ai deux enfants. Depuis trois ans je me consacre entièrement à l'écriture grâce entre autres aux bourses du CNL. Pour le moment, j'écris des romans en littérature générale. Et n'envisage plus de publier dans des collections jeunesse. H.M.

bibliographie

adulte

  • Une tempête, Le Sonneur, 2015.
  • Une histoire de tempête, éditions du Sonneur, 2015.
  • La Route de Beit Zera, Stock, 2015.
  • L'Incendie, Antoine Choplin, La Fosse aux ours, 2015.
  • L'Homme qui avait soif, Stock, 2014.
  • Un repas en hiver, Stock, 2012.
  • La Source, Cadex, 2012.
  • La Vague, illustrations de Barthélémy Toguo, Éditions du chemin de fer, 2011.
  • La Lettre de Buenos Aires, Buchet-Chastel, 2011.
  • L'Année du soulèvement, Le Seuil, Cadre rouge, 2010.
  • La Promesse, Le Seuil, Cadre rouge, 2009.
  • Marcher sur la rivière, Le Seuil, 2007.
  • Océan pacifique, Le Seuil, 2006.
  • Le Voyage d'Eladio, Le Seuil, 2005.
  • Hommes sans mère, Le Seuil, 2004.
  • Quatre Soldats, Le Seuil, 2002.
  • La Beauté des loutres, Le Seuil, 2002.
  • La Dernière Neige, Le Seuil, 2000. Réédition au Points en 2002.
  • Une rivière verte et silencieuse, Le Seuil, 1999. Réédition en Points en 2001.
  • L'Arbre, Le Seuil, 1996.

jeunesse

  • Vie de sable, Le Seuil, 1998.
  • Le Secret du funambule, Éditions Milan, Zanzibar, 1995.
  • Le Jour de la cavalerie, Le Seuil Jeunesse, 1995.
  • La Lumière volée, Gallimard, 1993. Réédition chez Gallimard Jeunesse en 2002.
  • Le Bruit du vent, Gallimard, 1991. Réédition chez le même éditeur, Page blanche, en 1998 et en Folio Junior en 2003.

extraits

adulte

J'allai chercher de l'eau dans une bouteille. Mon père arrosa le pot goutte à goutte, posa la bouteille devant lui et contempla le rosier.
- Cette nuit j'ai pensé qu'on pourrait les vendre à la sortie de l'usine, dit-il sans quitter le rosier des yeux.
- Oui, dis-je, m'asseyant en face de lui.
- Tu viendrais avec moi ?
- Bien sûr.
Il tassa délicatement la terre autour de la tige.
Il émanait du rosier quelque chose qui nous calmait et nous rendait silencieux. Si les électriciens avaient choisi ce jour-là pour nous couper l'électricité, nul doute que les choses se seraient passées différemment. On ne se serait guère occupés d'eux. Ils seraient venus, auraient démonté le compteur, et seraient repartis dans un grand silence.

Extrait de "Une rivière verte et silencieuse" © Le Seuil, 1999

jeunesse

Il regarda au-delà de l'écurie et dit d'une voix calme :
- Ce que je viens de te dire rapport aux oies, c'est le début de mes réflexions, et je vois plus loin que ça, mais c'est pas a peine que je te fasse envie tant que j'aurai pas ton avis rapport au vieux lui-même.
Au-delà de l'écurie on voyait les champs, et, plus loin vers l'est, la terre remontait, couverte de lande d'abord, puis d'arbres au sommet : des feuillus et des pins ; et on appelait ça les monts. C'est vers les monts que Sam portait son regard.
Au bout d'un moment il se retourna et dit à la vieille l'exact cheminement de sa pensée :
- Je vais revenir m'asseoir en face de toi, et tu me répondras si t'es d'accord pour que j'agisse comme un gars malin. Si t'es d'accord, alors je te dirai la totalité de mes réflexions. Sinon je me mettrai à faire les pois cassés et on n'en parlera plus.
Il retourna près du fauteuil, prit une chaise et s'assit devant la vieille. Elle avait fait un creux avec sa main pour le poussin ; c'est l'autre que Sam guettait.
Il attendit puis chercha les yeux de la vieille.
- Alors ?
Il regarda à nouveau la main ; elle était muette ; il s'agita sur sa chaise.
- Bon sang ! fit-il la voix nouée, pense une minute aux oies, ça fera pas de difficultés, n'importe quel gars un peu habile…
Il mit deux doigts sur son cou et baissa la tête brusquement.
- C'est pas plus compliqué.
Il surveilla la main.
- Alors ?
Elle eut une brève secousse.
- Hein, quoi ? s'écria Sam. Refais-le que je sois sûr ! Refais-le une seconde fois !
La main obéit et Sam se frotta le visage nerveusement. Il jeta un regard circulaire à la pièce, revint sur la main et secoua la tête.
- Je vais faire de la poule avec les pois cassés, dit-il.
Il posa un doigt sur la couverture.
- Je vais le faire maintenant.
Il accentua la pression du doigt.
- Je vais aller aiguiser ma lame, ça va pas traîner. La totalité de mes réflexions, tu l'auras après que j'ai fini avec la poule.
Il se leva et gagna la porte.
La maison, outre le poulailler, possédait un hangar perpendiculaire à la façade. Il y avait là plusieurs rangées de bois de chauffage, le caisson d'une batteuse et, entre deux rangées, une meule mécanique.

Extrait de "Le Jour de la cavalerie" © Le Seuil Jeunesse, 1995

médiation

adultes

  • rencontre avec une classe

jeunesse

Public visé par les animations

  • lycéens

presse

livre & lire

sur le fil

Attention

Ce site internet n’est aujourd’hui plus actualisé car il fera peau neuve en juin 2017. L’équipe de l’Arald vous proposera bientôt une nouvelle forme de navigation dans le site centrée autour de la médiation, des présentations détaillées des auteurs et de leurs publications, des informations pratiques mais aussi les actualités de la vie littéraire dans la région.

 

Merci de votre patience, et à très […] Lire la suite

Calendrier d'événements

mai 2017
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031EC

événements à venir

  • Pas d'événement.