Khal Torabully

Photo de Khal  Torabully
© Khal Torabully

biographie

Né en 1956 à Lyon, Rhône

Vit dans le Rhône

site personnel : http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/torabully.html

roman, poésie

Marié, 2 enfants.

Docteur en sémiologie du poétique, université Lyon II, 1984.

Poète, a publié plusieurs ouvrages, dont "Chair corail : fragments coolies" est salué par Raphaël Confiant comme "textes d'une souveraine précision" et considère la coolitude, poétique développée par l'auteur, comme une composante majeure de la créolité.

Lectures et interventions en France et à l'étranger (États-Unis, Maroc, Guadeloupe, Angleterre, Île Maurice, Île de la Réunion), au British Council, au Centre Wallonie-Bruxelles, à la Société des Gens de Lettres, Tournées CCAS en France, Atelier d'écriture de l'Unesco…

Invité au Festival mondial de Poésie de Medellin, Colombie ; de la Semaine internationale de Poésie de Paris ; invité d'honneur au Festival international de Poésie de Gênes en 1999 ; de Guadeloupe, d'Aveiro, Portugal en 2001.

Co-concepteur de la revue "Missives", "Est-ce la fin du rayonnement littéraire français ?", décembre 1999.

Prix Jean Fanchette, 1992.

Prix Missives 1998 pour "L'Ombre rouge des gazelles".

Lauréat de Lettres Frontière en 1999.

Prix de Poésie du Salon international du Livre insulaire, 2000.

Auteur-réalisateur de :

"Pic Pic, nomade d'une île" (26'), Chamarel Films.

"La Traboule des vagues" (26'), Y/N Productions.

"Malcom, le tailleur de visions" (52').

"La Mémoire maritime des Arabes" (52').

Co-réalisateur : "Humeurs de l'Océan indien" (52'), Orchidées Productions.

Prix du Meilleur Producteur, au London Videographers'Guild, 1996.

Prix du Meilleur Réalisateur au ZIFF 1998.

Mention spéciale au Zanzibar international Film Festival, 2001.

Lauréat de la Fondation Beaumarchais (Cinéma) pour "L'Ombre rouge des gazelles". K.T.

bibliographie

  • Poètes pour Haïti, Avec Dana Shishmanian, L'Harmattan, 2011.
  • Arbres et Anabase, Ibis rouge (Guadeloupe), 2005.
  • Mes Afriques, mes ivoires, L'Harmattan, 2004.
  • Roulis sur le Malecon, carnet de voyage cubain, poésie, L'Harmattan, 1999.
  • Chair corail : fragments coolies, Ibis rouge (Guadeloupe), 1999.
  • L'Ombre rouge des gazelles, Paroles d'Aube, 1998.
  • Dialogue de l'eau et du sel, Le Bruit des autres, 1998.
  • Palabre à parole, Le Bruit des autres, 1996.
  • Du code au codex, Éditions Thierry Lambert, 1996.
  • Kot sa parol la ? Rode parole, Le Printemps (Île Maurice), 1995.
  • Cale d'étoiles-Coolitude, Azalées éditions (La Réunion), 1992.
  • Petite Anthologie de la poésie mauricienne, Poésie-Rencontres, 1991.
  • Le Printemps des ombres, Azalées éditions (La Réunion), 1991.

extraits

Cet enfant
pleure
devant le carrousel,
comme l'adulte
qui comprend son bonheur
après l'avoir égaré.

L'exil n'est qu'un mensonge
pour nier le Voyage.

Parcourir la différence
à deux
pour que la lumière
rassure le fruit noir.

Et ne plus
être
possible
en dehors
de l'universelle différence.

____

La brise ne change pas la direction du vent.
L'absence du mot ne rompt pas le serment.

J'ai appris à peser le poids des consciences
Avec une graine de sésame sur mon pain.

Un mur hautain tombe de lui-même.
C'est la poussière qui le brûle à la porte des ruines.

Patiemment, siècle après siècle, j'ai poli les mots.
J'ai changé la douleur dans le visage de l'oiseau.

J'ai compris les mots de Gandhi dans le cœur de la nuit.
Je sais qu'un sage d'Orient veille sur mon œil qui luit.

____

Mère, j'ai lu un livre écrit par un homme
À la plaie béante.

Le premier chapitre débute par une terre fertile.
Il décrit le silence des oasis sous un croissant de lune.
La terre se moque de l'humeur des poètes,
L'histoire n'écrit pas la mort des étoiles.

Je tourne la page à la porte d'une ville fortifiée.
Un étranger sonne à la porte ciselée.
Il se dit persécuté par l'aigle sanguinaire du donjon.
Il ouvre sa main. Il est déjà trop tard pour lire.

Un livre n'attend pas la fin de l'exil.
Un livre n'attend pas le retour des saisons.
Un livre surprend. Il mêle l'agréable et l'utile.
Il est immensité lumineuse dans une sombre pièce.
Au flanc gauche des jardins.
Il ouvre les portes du monde au cœur des couvre-feu.
Il met en déroute les armées en manœuvre.

Aucune loi ne m'empêchera de lire et d'aimer.
Le livre de mémoire ne soigne pas l'homme blessé,
Il met du baume aux cœurs meurtris des fous.

Poèmes inédits pour l'enfant dans la guerre © Khal Torabully

médiation

  • lecture
  • table ronde et débat
  • rencontre avec des publics empêchés
  • atelier d'écriture
  • rencontre avec une classe
  • suivi de projet pédagogique

presse

Khal Torabully

Photo de Khal  Torabully
© Khal Torabully

biographie

Né en 1956 à Lyon, Rhône

Vit dans le Rhône

site personnel : http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/torabully.html

roman, poésie

Marié, 2 enfants.

Docteur en sémiologie du poétique, université Lyon II, 1984.

Poète, a publié plusieurs ouvrages, dont "Chair corail : fragments coolies" est salué par Raphaël Confiant comme "textes d'une souveraine précision" et considère la coolitude, poétique développée par l'auteur, comme une composante majeure de la créolité.

Lectures et interventions en France et à l'étranger (États-Unis, Maroc, Guadeloupe, Angleterre, Île Maurice, Île de la Réunion), au British Council, au Centre Wallonie-Bruxelles, à la Société des Gens de Lettres, Tournées CCAS en France, Atelier d'écriture de l'Unesco…

Invité au Festival mondial de Poésie de Medellin, Colombie ; de la Semaine internationale de Poésie de Paris ; invité d'honneur au Festival international de Poésie de Gênes en 1999 ; de Guadeloupe, d'Aveiro, Portugal en 2001.

Co-concepteur de la revue "Missives", "Est-ce la fin du rayonnement littéraire français ?", décembre 1999.

Prix Jean Fanchette, 1992.

Prix Missives 1998 pour "L'Ombre rouge des gazelles".

Lauréat de Lettres Frontière en 1999.

Prix de Poésie du Salon international du Livre insulaire, 2000.

Auteur-réalisateur de :

"Pic Pic, nomade d'une île" (26'), Chamarel Films.

"La Traboule des vagues" (26'), Y/N Productions.

"Malcom, le tailleur de visions" (52').

"La Mémoire maritime des Arabes" (52').

Co-réalisateur : "Humeurs de l'Océan indien" (52'), Orchidées Productions.

Prix du Meilleur Producteur, au London Videographers'Guild, 1996.

Prix du Meilleur Réalisateur au ZIFF 1998.

Mention spéciale au Zanzibar international Film Festival, 2001.

Lauréat de la Fondation Beaumarchais (Cinéma) pour "L'Ombre rouge des gazelles". K.T.

bibliographie

  • Poètes pour Haïti, Avec Dana Shishmanian, L'Harmattan, 2011.
  • Arbres et Anabase, Ibis rouge (Guadeloupe), 2005.
  • Mes Afriques, mes ivoires, L'Harmattan, 2004.
  • Roulis sur le Malecon, carnet de voyage cubain, poésie, L'Harmattan, 1999.
  • Chair corail : fragments coolies, Ibis rouge (Guadeloupe), 1999.
  • L'Ombre rouge des gazelles, Paroles d'Aube, 1998.
  • Dialogue de l'eau et du sel, Le Bruit des autres, 1998.
  • Palabre à parole, Le Bruit des autres, 1996.
  • Du code au codex, Éditions Thierry Lambert, 1996.
  • Kot sa parol la ? Rode parole, Le Printemps (Île Maurice), 1995.
  • Cale d'étoiles-Coolitude, Azalées éditions (La Réunion), 1992.
  • Petite Anthologie de la poésie mauricienne, Poésie-Rencontres, 1991.
  • Le Printemps des ombres, Azalées éditions (La Réunion), 1991.

extraits

Cet enfant
pleure
devant le carrousel,
comme l'adulte
qui comprend son bonheur
après l'avoir égaré.

L'exil n'est qu'un mensonge
pour nier le Voyage.

Parcourir la différence
à deux
pour que la lumière
rassure le fruit noir.

Et ne plus
être
possible
en dehors
de l'universelle différence.

____

La brise ne change pas la direction du vent.
L'absence du mot ne rompt pas le serment.

J'ai appris à peser le poids des consciences
Avec une graine de sésame sur mon pain.

Un mur hautain tombe de lui-même.
C'est la poussière qui le brûle à la porte des ruines.

Patiemment, siècle après siècle, j'ai poli les mots.
J'ai changé la douleur dans le visage de l'oiseau.

J'ai compris les mots de Gandhi dans le cœur de la nuit.
Je sais qu'un sage d'Orient veille sur mon œil qui luit.

____

Mère, j'ai lu un livre écrit par un homme
À la plaie béante.

Le premier chapitre débute par une terre fertile.
Il décrit le silence des oasis sous un croissant de lune.
La terre se moque de l'humeur des poètes,
L'histoire n'écrit pas la mort des étoiles.

Je tourne la page à la porte d'une ville fortifiée.
Un étranger sonne à la porte ciselée.
Il se dit persécuté par l'aigle sanguinaire du donjon.
Il ouvre sa main. Il est déjà trop tard pour lire.

Un livre n'attend pas la fin de l'exil.
Un livre n'attend pas le retour des saisons.
Un livre surprend. Il mêle l'agréable et l'utile.
Il est immensité lumineuse dans une sombre pièce.
Au flanc gauche des jardins.
Il ouvre les portes du monde au cœur des couvre-feu.
Il met en déroute les armées en manœuvre.

Aucune loi ne m'empêchera de lire et d'aimer.
Le livre de mémoire ne soigne pas l'homme blessé,
Il met du baume aux cœurs meurtris des fous.

Poèmes inédits pour l'enfant dans la guerre © Khal Torabully

médiation

  • lecture
  • table ronde et débat
  • rencontre avec des publics empêchés
  • atelier d'écriture
  • rencontre avec une classe
  • suivi de projet pédagogique

presse

sur le fil

Attention

Ce site internet n’est aujourd’hui plus actualisé car il fera peau neuve en juin 2017. L’équipe de l’Arald vous proposera bientôt une nouvelle forme de navigation dans le site centrée autour de la médiation, des présentations détaillées des auteurs et de leurs publications, des informations pratiques mais aussi les actualités de la vie littéraire dans la région.

 

Merci de votre patience, et à très […] Lire la suite

Calendrier d'événements

mai 2017
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031EC

événements à venir

  • Pas d'événement.