Patrick Dreux

Photo de Patrick  Dreux
© Patrick Dreux

biographie

Né en 1955 à Paris

roman, poésie

Enfance parisienne et toulonnaise. Années de lycée dans la région de Melun, en Seine-et-Marne. Bac scientifique en 1974. Deux années en Sciences économiques à Saint-Maur, 1975-1976, puis service militaire en 1976-1977. Études de Lettres modernes ensuite, par correspondance. Maîtrise de Lettres modernes sur deux œuvres de Maurice Blanchot, "L'Arrêt de mort", "Le Dernier Homme", à l'université de Nanterre. Le sujet portait sur le lecteur inscrit. Agrégation de Lettres modernes en 1982. Années d'enseignement dans les Ardennes, puis dans l'Yonne, en Polynésie française (6 ans), à Saint-Étienne, et depuis 1997 professeur au lycée Albert-Camus de Firminy, dans la Loire.

Partagé entre une vie de famille prenante, quatre enfants, et mon métier, j'ai toujours volé du temps pour écrire. J'ai commencé par des chansons à l'adolescence, puis des poèmes, avant de me lancer dans le théâtre et le récit de fiction. "Elle m'attend" aux éditions Phébus est mon premier récit publié à compte d'éditeur. Auparavant, il y a eu un recueil de poèmes publié à compte d'auteur, "Le Voleur d'étoiles" aux éditions Debresse, en 1978, et un autre publié à compte d'éditeur aux éditions Caractères en 1980, "Le Conte et la prière". Ce dernier livre étant né de la rencontre avec Bruno Durocher, aujourd'hui décédé, qui dirigeait ces éditions. Je travaillais pour lui à l'époque, et grâce à son amitié et son soutien, j'ai repris confiance dans la vie après un premier divorce douloureux. Aujourd'hui, à nouveau divorcé, ayant obtenu la garde de mes enfants, je me partage autant que je peux entre mes enfants, mon travail et l'écriture. Enseigner a été un apprentissage difficile, ce n'est que récemment que j'ai pu en tirer du plaisir. Je pense que pendant longtemps il m'a été impossible même d'envisager l'écriture comme seule occupation. P.D.

bibliographie

  • Elle m'attend, Phébus, 2001.
  • Le Conte et la Prière, Caractères, 1980.
  • Le Voleur d'étoiles, Debresse, 1978.

extraits

Et puis un jour la radio se tait pour de bon. Plus de
courant, plus de lien avec la civilisation. Au début il
ressent un violent sentiment de manque. Il s'enfièvre,
pense prendre sa voiture pour descendre à la ville la plus
proche, mais dès qu'il met les mains sur le volant, il
s'aperçoit que tout cela lui est totalement indifférent.
Très vite il ne sait plus s'il a rêvé, s'il a
inconsciemment déformé les derniers bulletins météos,
happé de plus en plus par le remuement continuel de la
pluie qui le plonge dans une sorte d'état second. Brumes,
brouillard au dehors, brumes, brouillard dans sa tête.
Il ne songe pas à allumer de bougie, il se coule
plusieurs jours dans la pénombre trouée par la découpure
plus pâle de la fenêtre. La pluie joue de son encre
incolore, pose des signes incomplets sur la vitre. Elle
fond, se disperse, enfle et palpite, ouvre des rizières, des
deltas qui se métamorphosent en fins ruisseaux au tracé
hésitant. Elle roule et ruine des collines hasardeuses, des
forêts en marche.
Au loin sur l'horizon c'est un poumon qui envahit la
nuit et propage dans toutes les directions les vagues
d'assaut alors que dans le jardin, sous la gouttière, elle
claudique, elle danse sur trois pattes, elle n'en finit pas de
se rattraper, de se perdre.
Elle ne sait que dire l'inachevé de la vie. Tout à la
fois l'instant qui approche, et celui, le même, qui s'efface.
Il n'y a rien à faire.
Même sans radio il a le sentiment de capter des
ondes, des murmures, des litanies monocordes, comme si
la pluie remplaçait tous les relais, toutes les antennes,
pour relier les cerveaux directement entre eux…
Il pleut à Portbail dans le Cotentin, il pleut à Tubuai
dans les Australes, et il pleut toujours à Jersey,
Guernesey, comme il pleut sur le cap Horn et sur la
Cordillère. Il pleut sur l'Amazone et il pleut sur la zone
industrielle, il pleut à la Garenne-Colombes et il pleut sur les
tombes, sur les Guaranis, sur les Navajos, sur les
Cheyennes et les Apaches. Il pleut à Saïgon, Bangkok,
Macao, Hanoï. Il pleut à Sarajevo, Bogotá, Lima, et il
pleut à Bombay sur la baie, à Calcutta dans le delta du
Gange. Il pleut sur Carthage et il pleut sur le Tage, à
Bamako au Mali, à Niamey au Niger. De la mer d'Irlande
aux côtes bretonnes, il pleut sur des navires blessés. Sur le
Nil il pleut des oiseaux. En Ouganda, à Bourg-en-Bresse,
à Johannesburg, il pleut du sang : il pleut sur les visages
camus des gisants, il pleut sur les pierres. Il pleut sur le
Mur des lamentations, sur la muraille de Chine et sur
Pékin. Il pleut dans le palais du Dalaï-Lama, sur le Tibet
une pluie rouge teinte les uniformes. Il pleut à Givet dans
les Ardennes, à Maison-Rouge en Seine-et-Marne, et il
pleut sur Combray, sur les lilas, sur les blanches
aubépines. Il pleut sur le Sahara et le Sahel, sur les déserts
de sel et sur l'arctique. Il pleut sur Tahiti, les Gambier, les
Tuamotu et les Marquises...

"L'Odeur des buis", 2001 © Patrick Dreux

Patrick Dreux

Photo de Patrick  Dreux
© Patrick Dreux

biographie

Né en 1955 à Paris

roman, poésie

Enfance parisienne et toulonnaise. Années de lycée dans la région de Melun, en Seine-et-Marne. Bac scientifique en 1974. Deux années en Sciences économiques à Saint-Maur, 1975-1976, puis service militaire en 1976-1977. Études de Lettres modernes ensuite, par correspondance. Maîtrise de Lettres modernes sur deux œuvres de Maurice Blanchot, "L'Arrêt de mort", "Le Dernier Homme", à l'université de Nanterre. Le sujet portait sur le lecteur inscrit. Agrégation de Lettres modernes en 1982. Années d'enseignement dans les Ardennes, puis dans l'Yonne, en Polynésie française (6 ans), à Saint-Étienne, et depuis 1997 professeur au lycée Albert-Camus de Firminy, dans la Loire.

Partagé entre une vie de famille prenante, quatre enfants, et mon métier, j'ai toujours volé du temps pour écrire. J'ai commencé par des chansons à l'adolescence, puis des poèmes, avant de me lancer dans le théâtre et le récit de fiction. "Elle m'attend" aux éditions Phébus est mon premier récit publié à compte d'éditeur. Auparavant, il y a eu un recueil de poèmes publié à compte d'auteur, "Le Voleur d'étoiles" aux éditions Debresse, en 1978, et un autre publié à compte d'éditeur aux éditions Caractères en 1980, "Le Conte et la prière". Ce dernier livre étant né de la rencontre avec Bruno Durocher, aujourd'hui décédé, qui dirigeait ces éditions. Je travaillais pour lui à l'époque, et grâce à son amitié et son soutien, j'ai repris confiance dans la vie après un premier divorce douloureux. Aujourd'hui, à nouveau divorcé, ayant obtenu la garde de mes enfants, je me partage autant que je peux entre mes enfants, mon travail et l'écriture. Enseigner a été un apprentissage difficile, ce n'est que récemment que j'ai pu en tirer du plaisir. Je pense que pendant longtemps il m'a été impossible même d'envisager l'écriture comme seule occupation. P.D.

bibliographie

  • Elle m'attend, Phébus, 2001.
  • Le Conte et la Prière, Caractères, 1980.
  • Le Voleur d'étoiles, Debresse, 1978.

extraits

Et puis un jour la radio se tait pour de bon. Plus de
courant, plus de lien avec la civilisation. Au début il
ressent un violent sentiment de manque. Il s'enfièvre,
pense prendre sa voiture pour descendre à la ville la plus
proche, mais dès qu'il met les mains sur le volant, il
s'aperçoit que tout cela lui est totalement indifférent.
Très vite il ne sait plus s'il a rêvé, s'il a
inconsciemment déformé les derniers bulletins météos,
happé de plus en plus par le remuement continuel de la
pluie qui le plonge dans une sorte d'état second. Brumes,
brouillard au dehors, brumes, brouillard dans sa tête.
Il ne songe pas à allumer de bougie, il se coule
plusieurs jours dans la pénombre trouée par la découpure
plus pâle de la fenêtre. La pluie joue de son encre
incolore, pose des signes incomplets sur la vitre. Elle
fond, se disperse, enfle et palpite, ouvre des rizières, des
deltas qui se métamorphosent en fins ruisseaux au tracé
hésitant. Elle roule et ruine des collines hasardeuses, des
forêts en marche.
Au loin sur l'horizon c'est un poumon qui envahit la
nuit et propage dans toutes les directions les vagues
d'assaut alors que dans le jardin, sous la gouttière, elle
claudique, elle danse sur trois pattes, elle n'en finit pas de
se rattraper, de se perdre.
Elle ne sait que dire l'inachevé de la vie. Tout à la
fois l'instant qui approche, et celui, le même, qui s'efface.
Il n'y a rien à faire.
Même sans radio il a le sentiment de capter des
ondes, des murmures, des litanies monocordes, comme si
la pluie remplaçait tous les relais, toutes les antennes,
pour relier les cerveaux directement entre eux…
Il pleut à Portbail dans le Cotentin, il pleut à Tubuai
dans les Australes, et il pleut toujours à Jersey,
Guernesey, comme il pleut sur le cap Horn et sur la
Cordillère. Il pleut sur l'Amazone et il pleut sur la zone
industrielle, il pleut à la Garenne-Colombes et il pleut sur les
tombes, sur les Guaranis, sur les Navajos, sur les
Cheyennes et les Apaches. Il pleut à Saïgon, Bangkok,
Macao, Hanoï. Il pleut à Sarajevo, Bogotá, Lima, et il
pleut à Bombay sur la baie, à Calcutta dans le delta du
Gange. Il pleut sur Carthage et il pleut sur le Tage, à
Bamako au Mali, à Niamey au Niger. De la mer d'Irlande
aux côtes bretonnes, il pleut sur des navires blessés. Sur le
Nil il pleut des oiseaux. En Ouganda, à Bourg-en-Bresse,
à Johannesburg, il pleut du sang : il pleut sur les visages
camus des gisants, il pleut sur les pierres. Il pleut sur le
Mur des lamentations, sur la muraille de Chine et sur
Pékin. Il pleut dans le palais du Dalaï-Lama, sur le Tibet
une pluie rouge teinte les uniformes. Il pleut à Givet dans
les Ardennes, à Maison-Rouge en Seine-et-Marne, et il
pleut sur Combray, sur les lilas, sur les blanches
aubépines. Il pleut sur le Sahara et le Sahel, sur les déserts
de sel et sur l'arctique. Il pleut sur Tahiti, les Gambier, les
Tuamotu et les Marquises...

"L'Odeur des buis", 2001 © Patrick Dreux

sur le fil

Attention

Ce site internet n’est aujourd’hui plus actualisé car il fera peau neuve en juin 2017. L’équipe de l’Arald vous proposera bientôt une nouvelle forme de navigation dans le site centrée autour de la médiation, des présentations détaillées des auteurs et de leurs publications, des informations pratiques mais aussi les actualités de la vie littéraire dans la région.

 

Merci de votre patience, et à très […] Lire la suite

Calendrier d'événements

mai 2017
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031EC

événements à venir

  • Pas d'événement.