Pierre Giouse

Photo de Pierre  Giouse
© Hélène Théoleyre

biographie

Né en 1929 à Unieux, Loire

Vit en Isère et dans le Rhône

poésie

Pierre Giouse est né dans une famille nombreuse et ouvrière.

Années 40 : Pierre Giouse est apprenti en usine, puis forgeur dans une aciérie ; il adhère à la CGT. Il découvre le cinéma, le théâtre (Jean Dasté et la Comédie de Saint-Étienne). Il fréquente l'école de Beauvallon à Dieulefit (26).

Années 50 : il est permanent de la JOC, ouvrier sur divers chantiers de construction et militant ; il donne des textes à "Monde ouvrier" et à "Présages" (du groupe stéphanois Réalité) ; se marie, a un fils, s'installe à Vénissieux ; adhère au PCF ; participe à une exposition collective, Bd.T. de Saint-Étienne ; signe son premier recueil ; assume de plus en plus de responsabilités syndicales.

Années 60 : il participe à l'animation de stages ou de rencontres avec des créateurs à Paris. À la fin de cette décennie, il est secrétaire permanent à Lyon de Travail et Culture lié à Tourisme et Travail.

Années 70 : il participe à la revue "Arpo 12", à la création de la revue "Verso". En 1979, il ne réadhère pas au PCF.

Années 80 : il est gardien de nuit au TNP à Villeurbanne. Retraité à partir de 1989.

Depuis 1954, il n'a cessé d'écrire (livres d'artistes, journaux et revues, catalogues d'exposition) et de créer des œuvres plastiques ("livres faits à la maison", "installations en boîtes transparentes", "à tenir au frais", "mythologies siennes" à partir de 1985). Il a participé à plusieurs expositions collectives et a exposé seul (à Vénissieux : Bibliothèque municipale ; à Lyon : librairie des Nouveautés et galerie Alain Dettinger). P.G.

bibliographie

  • Chemins, Paroles d'Aube, 1997.
  • Rien que des riens, VR/SO, 1993.
  • Des pousses, linogravure de Madeleine Lambert, VR/SO, 1979.
  • Vie et espoir, Saint-Étienne, M.L.P., 1955.

extraits

le poids de son temps
à Aimé, ses frères, des Terres froides.

ses mains pèsent lourd
le poids de son temps
qui manque toujours
printemps à printemps

les bottes se demandent
si ses pieds fond du lit
d'elles ne redemandent
tant il en tire profit

tête corps ne font qu'un
avec le sol des siens
une pensée pour chacun
en ce tisseur de liens

le sentir à sa portée
sous machine sous pas
poivre sel la relevée
qui fait bon le repas

les ans tassent carrure
s'écouter hors de cause
pas né pour la parure
après demain la pause

carcasse se plaint des ans
forcenés de la marche
hier publiait les bans
à plus tard patriarche

un des fils suit la trace
pour l'heure c'est grand bien
se dit marcheur tenace
ne pas l'avoir été pour rien

Extrait du projet : "septante septuors, fin, début de siècle" © Pierre Giouse

médiation

  • création de livres et d'expositions

Pierre Giouse

Photo de Pierre  Giouse
© Hélène Théoleyre

biographie

Né en 1929 à Unieux, Loire

Vit en Isère et dans le Rhône

poésie

Pierre Giouse est né dans une famille nombreuse et ouvrière.

Années 40 : Pierre Giouse est apprenti en usine, puis forgeur dans une aciérie ; il adhère à la CGT. Il découvre le cinéma, le théâtre (Jean Dasté et la Comédie de Saint-Étienne). Il fréquente l'école de Beauvallon à Dieulefit (26).

Années 50 : il est permanent de la JOC, ouvrier sur divers chantiers de construction et militant ; il donne des textes à "Monde ouvrier" et à "Présages" (du groupe stéphanois Réalité) ; se marie, a un fils, s'installe à Vénissieux ; adhère au PCF ; participe à une exposition collective, Bd.T. de Saint-Étienne ; signe son premier recueil ; assume de plus en plus de responsabilités syndicales.

Années 60 : il participe à l'animation de stages ou de rencontres avec des créateurs à Paris. À la fin de cette décennie, il est secrétaire permanent à Lyon de Travail et Culture lié à Tourisme et Travail.

Années 70 : il participe à la revue "Arpo 12", à la création de la revue "Verso". En 1979, il ne réadhère pas au PCF.

Années 80 : il est gardien de nuit au TNP à Villeurbanne. Retraité à partir de 1989.

Depuis 1954, il n'a cessé d'écrire (livres d'artistes, journaux et revues, catalogues d'exposition) et de créer des œuvres plastiques ("livres faits à la maison", "installations en boîtes transparentes", "à tenir au frais", "mythologies siennes" à partir de 1985). Il a participé à plusieurs expositions collectives et a exposé seul (à Vénissieux : Bibliothèque municipale ; à Lyon : librairie des Nouveautés et galerie Alain Dettinger). P.G.

bibliographie

  • Chemins, Paroles d'Aube, 1997.
  • Rien que des riens, VR/SO, 1993.
  • Des pousses, linogravure de Madeleine Lambert, VR/SO, 1979.
  • Vie et espoir, Saint-Étienne, M.L.P., 1955.

extraits

le poids de son temps
à Aimé, ses frères, des Terres froides.

ses mains pèsent lourd
le poids de son temps
qui manque toujours
printemps à printemps

les bottes se demandent
si ses pieds fond du lit
d'elles ne redemandent
tant il en tire profit

tête corps ne font qu'un
avec le sol des siens
une pensée pour chacun
en ce tisseur de liens

le sentir à sa portée
sous machine sous pas
poivre sel la relevée
qui fait bon le repas

les ans tassent carrure
s'écouter hors de cause
pas né pour la parure
après demain la pause

carcasse se plaint des ans
forcenés de la marche
hier publiait les bans
à plus tard patriarche

un des fils suit la trace
pour l'heure c'est grand bien
se dit marcheur tenace
ne pas l'avoir été pour rien

Extrait du projet : "septante septuors, fin, début de siècle" © Pierre Giouse

médiation

  • création de livres et d'expositions
sur le fil

a reçu le prix Trop Virilo qui récompense « la plus vivace poussée de testostérone littéraire de l’année« , pour Quand le diable sortit de la salle de bain (Noir sur Blanc), ex aequo avec Jean Teulé.

fait partie des 7 lauréats du 10e prix Handi-Livres pour son roman L’École du tonnerre (Rue du Monde).

a été couronné par le prix Lettres frontière 2015 pour son roman paru en 2014 L’Affaire des vivants (éditions Phébus)

Jacques A. Bertrand reçoit le prix Alexandre-Vialatte 2015 pour son essai Brèves histoires des choses (Julliard) et pour l’ensemble de son oeuvre chez Julliard.

vient de recevoir le Prix Cazes Brasserie Lipp 2016 pour son roman Giratoire paru en janvier chez Serge Safran Editeur.

Michel Thion a reçu le prix « Révélation de poésie 2015 » de la Société des Gens de Lettre. (SGDL), pour son recueil L’Enneigement, paru aux éditions La Rumeur Libre.

Calendrier d'événements

mars 2017
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031EC

événements à venir

  • Pas d'événement.