Sylvie Gouttebaron

Photo de Sylvie  Gouttebaron
© Olivier Dupuit

biographie

Née en 1962 à Paris

Vit en Savoie

poésie

Études de lettres à La Sorbonne. Recherches sur l'œuvre de Joë Bousquet. Entre les deux, enfance heureuse en banlieue où il y a encore des vergers où l'on peut rire vraiment on n'a pas peur, de rien. Le papier rentre vite comme une matière dont l'odeur pourrait manquer. L'imprimerie de mes grands-parents est un lieu que je sais bien. Je joue avec le papier, et j'écris pour ne pas faire comme si. Et puis j'engrange et ça me ressemble.

Des serre papier contenant des paysages. Une étoile de mer. Des œufs peints venant de Moscou. Un flacon de vermeil offert par A., qui aurait bien voulu avoir une fille qui me ressemble, et qui s'est suicidée. Un livre extrêmement petit confectionné par René Char pour Guy-Lévis Mano, cadeau de Jeanne, ma belle-mère. Une boussole, achetée à Paris, sur le Pont-Neuf. La boutique existe toujours. La boîte à pilules de mon grand-père Max, cousin germain de Claude Seignolle. Un sablier puis deux, blanc rose et bleu d'autres sables peut-être impossible. Molière dans le rôle de Sganarelle dans une boule de neige d'or, de la Comédie française. Des boîtes rondes de matière diverses, mais toutes à peu près du même diamètre, environ 6 centimètres. Une photo en noir et blanc de ma mère et de son frère, faisant semblant de lire un livre. Maman est mélancolique. Deux pierres dites de rêve, dont Roger Caillois parle dans "L'Écriture des pierres". Une tranche d'agate offerte par Alice lorsque j'allais la voir, rue Cuvier. Alice était la meilleure amie de ma grand-mère, Julia, elle avait assisté aux Ballets russes.

Ce n'est pas fini. Ce sont des ruines, les miennes, éclairées, elle me regarde faire, défaire nous sommes à peu près quitte.

À part cela, rien de neuf, je vais bien, je lis et je réfléchis. S.G.

bibliographie

  • Bien je reprends, Act Men, 2009.
  • Du corps, Stock, 2005.
  • Une âme qui, Dumerchez, 2004.
  • Comme en l'image, Dumerchez, 2000.

extraits

C'est un pays où je vais quelquefois
c'est assez simple
Les roches sont entre mer et ciel
Alors je sais que je peux arriver n'importe quand
de n'importe où
et je ne préviens pas
Le paysage
attend
Il y a des brumes mais ça n'a rien à voir
Je vais dans le blanc
dans la plus petite parcelle de blanc
pour cacher ma tristesse
moi
Les roches le savent et sont patientes
C'est un pays très sage
Où sont passées toutes les tempêtes de la création
un pays d'après non pas au-delà
Lorsque je sors je les contemple avec
joie
De plus loin
la profondeur est une étagère
elle est partout dans la surface
Le phare en haut est à gauche
Avise les esquifs et c'est rude et c'est
noir et c'est comme la mort
Moi je me joue dans les récifs
Au milieu je ne sais pas si quelque chose
Est possible encore possible
Il y tant à voir au-dessus de ce lac si calme
où le ciel a percé le soleil
pour me donner un peu le goût de
Vivre j'irai me sécher dans l'arbre

_________

De la musique,
il fallait de la musique
pour que les signes apparaissent
Je l'ai compris
plus tard

d'abord les pointes de la neige
dans l'espace ça n'a pas le même sens
c'est possible que quelque chose vienne de là
la neige
de ce qui appelle le silence et me fait rire
ou les oiseaux
composition préliminaire aux oiseaux je l'appelle
pas des étoiles
je suis désolée
pas encore

on dirait une conjuration
un ballet précoce pour
tout ce qui va arriver et se met en place verticalement
et obliquement
agité cependant comme avant une fête intérieure
sans opposition sans accent
c'est Babel même si sombre

Dans le coin de paille où je nomme l'instant
L'alphabet c'est de la musique
Les grammes c'est de la neige
En bas vers la gauche il y a l'empreinte d'un mot que je ne connais pas
le bâtisseur là haut on ne voit pas
a lancé son fil
dans l'absurdité de l'univers
pour qu'il tienne
debout ? J'espère debout mais le pinceau peut tout effacer n'est-ce pas
vous
qui savez je
rentre à nouveau pas de question pas de
fin pas de fin à la neige


________


C'est d'abord une forme
Un rectangle dans lequel il y a
Il pourrait y avoir
ma volonté
un rêve
je crois de gris
et dans le rêve une eau sombre des grands froids
Une aurore je rêve
une aurore boréale

Träumen veut dire ce que je ne veux pas
Träum schön est plus doux
c'est un lac
où s'engloutit la nuit on ne veut pas dormir

Il y a un oiseau en bas
C'est étrange
L'oiseau avec des yeux
mais il n'est pas dans l'eau,
explique à la forêt
devant,
Ce qu'un lac avec quelque chose dedans peut faire
Quelque chose sans nom
qui monte à la surface
pour se coiffer
possible.

Et là-bas, tout au fond
les neiges appellent l'ordre
une illusion de blanc de soleil et de lune

Je vais dormir je réfléchis
une question de vie
Je vais bien


Poèmes extraits de "Paysages et poèmes par erreur", en collaboration avec Georges Lemoine © Sylvie Gouttebaron

médiation

  • lecture
  • table ronde et débat
  • rencontre avec des publics empêchés
  • création de livres et d'expositions
  • rencontre avec une classe
  • suivi de projet pédagogique

presse

livre & lire

Sylvie Gouttebaron

Photo de Sylvie  Gouttebaron
© Olivier Dupuit

biographie

Née en 1962 à Paris

Vit en Savoie

poésie

Études de lettres à La Sorbonne. Recherches sur l'œuvre de Joë Bousquet. Entre les deux, enfance heureuse en banlieue où il y a encore des vergers où l'on peut rire vraiment on n'a pas peur, de rien. Le papier rentre vite comme une matière dont l'odeur pourrait manquer. L'imprimerie de mes grands-parents est un lieu que je sais bien. Je joue avec le papier, et j'écris pour ne pas faire comme si. Et puis j'engrange et ça me ressemble.

Des serre papier contenant des paysages. Une étoile de mer. Des œufs peints venant de Moscou. Un flacon de vermeil offert par A., qui aurait bien voulu avoir une fille qui me ressemble, et qui s'est suicidée. Un livre extrêmement petit confectionné par René Char pour Guy-Lévis Mano, cadeau de Jeanne, ma belle-mère. Une boussole, achetée à Paris, sur le Pont-Neuf. La boutique existe toujours. La boîte à pilules de mon grand-père Max, cousin germain de Claude Seignolle. Un sablier puis deux, blanc rose et bleu d'autres sables peut-être impossible. Molière dans le rôle de Sganarelle dans une boule de neige d'or, de la Comédie française. Des boîtes rondes de matière diverses, mais toutes à peu près du même diamètre, environ 6 centimètres. Une photo en noir et blanc de ma mère et de son frère, faisant semblant de lire un livre. Maman est mélancolique. Deux pierres dites de rêve, dont Roger Caillois parle dans "L'Écriture des pierres". Une tranche d'agate offerte par Alice lorsque j'allais la voir, rue Cuvier. Alice était la meilleure amie de ma grand-mère, Julia, elle avait assisté aux Ballets russes.

Ce n'est pas fini. Ce sont des ruines, les miennes, éclairées, elle me regarde faire, défaire nous sommes à peu près quitte.

À part cela, rien de neuf, je vais bien, je lis et je réfléchis. S.G.

bibliographie

  • Bien je reprends, Act Men, 2009.
  • Du corps, Stock, 2005.
  • Une âme qui, Dumerchez, 2004.
  • Comme en l'image, Dumerchez, 2000.

extraits

C'est un pays où je vais quelquefois
c'est assez simple
Les roches sont entre mer et ciel
Alors je sais que je peux arriver n'importe quand
de n'importe où
et je ne préviens pas
Le paysage
attend
Il y a des brumes mais ça n'a rien à voir
Je vais dans le blanc
dans la plus petite parcelle de blanc
pour cacher ma tristesse
moi
Les roches le savent et sont patientes
C'est un pays très sage
Où sont passées toutes les tempêtes de la création
un pays d'après non pas au-delà
Lorsque je sors je les contemple avec
joie
De plus loin
la profondeur est une étagère
elle est partout dans la surface
Le phare en haut est à gauche
Avise les esquifs et c'est rude et c'est
noir et c'est comme la mort
Moi je me joue dans les récifs
Au milieu je ne sais pas si quelque chose
Est possible encore possible
Il y tant à voir au-dessus de ce lac si calme
où le ciel a percé le soleil
pour me donner un peu le goût de
Vivre j'irai me sécher dans l'arbre

_________

De la musique,
il fallait de la musique
pour que les signes apparaissent
Je l'ai compris
plus tard

d'abord les pointes de la neige
dans l'espace ça n'a pas le même sens
c'est possible que quelque chose vienne de là
la neige
de ce qui appelle le silence et me fait rire
ou les oiseaux
composition préliminaire aux oiseaux je l'appelle
pas des étoiles
je suis désolée
pas encore

on dirait une conjuration
un ballet précoce pour
tout ce qui va arriver et se met en place verticalement
et obliquement
agité cependant comme avant une fête intérieure
sans opposition sans accent
c'est Babel même si sombre

Dans le coin de paille où je nomme l'instant
L'alphabet c'est de la musique
Les grammes c'est de la neige
En bas vers la gauche il y a l'empreinte d'un mot que je ne connais pas
le bâtisseur là haut on ne voit pas
a lancé son fil
dans l'absurdité de l'univers
pour qu'il tienne
debout ? J'espère debout mais le pinceau peut tout effacer n'est-ce pas
vous
qui savez je
rentre à nouveau pas de question pas de
fin pas de fin à la neige


________


C'est d'abord une forme
Un rectangle dans lequel il y a
Il pourrait y avoir
ma volonté
un rêve
je crois de gris
et dans le rêve une eau sombre des grands froids
Une aurore je rêve
une aurore boréale

Träumen veut dire ce que je ne veux pas
Träum schön est plus doux
c'est un lac
où s'engloutit la nuit on ne veut pas dormir

Il y a un oiseau en bas
C'est étrange
L'oiseau avec des yeux
mais il n'est pas dans l'eau,
explique à la forêt
devant,
Ce qu'un lac avec quelque chose dedans peut faire
Quelque chose sans nom
qui monte à la surface
pour se coiffer
possible.

Et là-bas, tout au fond
les neiges appellent l'ordre
une illusion de blanc de soleil et de lune

Je vais dormir je réfléchis
une question de vie
Je vais bien


Poèmes extraits de "Paysages et poèmes par erreur", en collaboration avec Georges Lemoine © Sylvie Gouttebaron

médiation

  • lecture
  • table ronde et débat
  • rencontre avec des publics empêchés
  • création de livres et d'expositions
  • rencontre avec une classe
  • suivi de projet pédagogique

presse

livre & lire

sur le fil

Attention

Ce site internet n’est aujourd’hui plus actualisé car il fera peau neuve en juin 2017. L’équipe de l’Arald vous proposera bientôt une nouvelle forme de navigation dans le site centrée autour de la médiation, des présentations détaillées des auteurs et de leurs publications, des informations pratiques mais aussi les actualités de la vie littéraire dans la région.

 

Merci de votre patience, et à très […] Lire la suite

Calendrier d'événements

mars 2017
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031EC

événements à venir

  • Pas d'événement.